Kampot, campagne cambodgienne

Du 28 janvier au 1er février 2018


Pour rallier Kampot nous prenons le train au départ de la gare centrale de Phnom Penh. C’est une petite ligne de chemin de fer qui a été réhabilité en 2016 et qui dessert seulement Takéo ➡️ Kampot ➡️ Sihanoukville. Le train ne circule que les week-ends et les jours fériés avec un seul départ par jour ! Nous sommes donc plutôt contentes de pouvoir prendre ce train. 

Pour nous ce sera départ à 7h de la capitale dans un train rétro très sympa avec climatisation et petite banquette en vinyle bleu confort. On adore ! 😍 Le train part à l’heure. Certes il prendra du retard car il doit laisser passer d’autres trains (de marchandises) ou parfois faire marche arrière pour changer de voie ! Mais le train est confortable et nous voyons défiler de beaux paysages... Au programme des rizières, des bananiers, des palmiers, des lacs de lotus, des montagnes et des scènes de vie des cambodgiens et de leurs animaux. 

Nous arrivons vers 13h à notre hôtel, Kool Kampot. Très calme, plutôt éloigné du centre mais encore possible de le rejoindre à pied. Propriétaire très sympa qui prends le temps de nous conseiller. Jolie terrasse et très bonne gaufre au petit dej!!! Pour réserver, c’est ici 👈🏻 


On commence par se balader sur la promenade le long de la rivière pour rejoindre le centre. De nombreux restaurants et bars proposent des plats typiques et des bières 🍺 en pression pour 0,50 $ !! La ville est paisible, à échelle humaine et très décontractée. On s’y sent bien ! 


En scooter nous allons jusqu’au Secret Lake, la route pour s’y rendre est assez mouvementée ! Chemin de terre, énormes trous inondés, cailloux... Bref un vrai terrain de jeux pour Cha et notre vieux scooter, prêtes pour les pistes de moto-cross !! 

On passe au milieux de maisons sur pilotis, de rizières et on voit des vaches de très très près... 🐮 Le Lac est immense et en bordure nous nous arrêtons dans un petit restaurant de cuisine Khmer hyper Chill que l’on vous recommande vivement.

Nous continuons un peu plus loin vers La plantation. C’est un vaste endroit qu’un couple européen a créé. Ici ils cultivent le Poivre de Kampot ainsi que d’autres fruits et herbes aromatiques. Une partie des bénéfices aide à financer une école cambodgienne. 

Le poivre De Kampot est mondialement connu et reconnu, à travers cette visite nous avons compris d’où provient sa richesse.  Le poivre de Kampot bénéficie d’un très bon terroir grâce à un climat exceptionnel tant au niveau de l’ensoleillement, de la brise de mer, de la qualité de la terre et des précipitations pendant la saison des pluies.


🤓 Du poivre d’accord, mais depuis quand?!

Ce sont les chinois planteurs de poivre du 13ème siècle qui ont amenés les premières culture dans la région. Puis à la fin du 19ème siècle ce sont les français qui développent la culture du poivre dans la région de Kampot, car en plus du terroir particulier, la région détient un savoir-faire et une connaissance ancestrale de la culture du poivre transmise de génération en génération.

Hélas pendant la guerre civile des années 70, la culture du poivre a été abandonnée. Elle revient à partir des années 2000 avec le retour sur leurs terres des familles, issues de générations de planteurs de poivre. Le poivre de Kampot y est alors à nouveau cultivé selon les méthodes traditionnelles ancestrales. 

Mais revenons au réputé poivre de Kampot et à celui de La plantation! Un des meilleurs poivre du monde et appellation IGP ! En 2010, l’introduction d’une IGP, Indication Géographique Protégée par le Ministère du Commerce et l’Agence Française du Développement, reconnaît ce poivre parmi les autres. Le poivre de Kampot est le premier produit agricole cambodgien à bénéficier d’une IGP qui impose aux planteurs de respecter un cahier des charges très strict. A la Plantation, ils ont produits 100 tonnes de poivre en 2017 sur 20 hectares. Nous avons le droit à de bonnes explications sur les différents poivre, une dégustation des différents poivre ainsi que d’un excellent curcuma, et à une visite de la plantation en français très sympathique ! 

Très bien, mais le poivre c’est quoi? Ça sert que pour la cuisine?! 

Le Poivrier noir est une liane de la famille des Pipéracées originaire de la côte de Malabar. A la base cette liane poussait à l’état sauvage dans la forêt, le long d’un tronc d’arbre, dans la province du Kérala en Inde. Des plants ont ensuite été transportés et cultivés notamment en Asie du Sud est. 

Le poivre de Kampot se distingue par son parfum unique, un piquant relativement doux et des arômes fruités et complexes. 

Depuis l’antiquité, le poivre est reconnu pour ses qualités médicinales, il est bon pour la digestion, aide à prévenir et combattre différentes formes de cancer, possède des qualités antibactériennes et anti-inflammatoires, c’est aussi un antidépresseur et il possède des vertus aphrodisiaques. Donc, mangez du poivre fait du bien au corps et à l’âme!! 👌🏻

L’endroit et notre visite est vraiment agréable, comme vous pouvez lire nous apprenons pleins de chose. Pour finir cette journée nous allons jusqu’à Kep, ville voisine pour y déguster le célèbre crabe 🦀 de Kep au poivre vert de Kampot ! 

Restaurant en bord de mer, crabe au poivre excellent et coucher de soleil magnifique termine notre journée ! 


Décidons aujourd’hui de prendre un bol d’air pur à la montagne ! On part en excursion à Bokor. La route est agréable avec nombreux points de vue sur la ville et la mer qui agrémentent notre chemin. Nous montons à 1000 mètres d’altitude pour s’arrêter admirer le paysage étrange, fascinant et mystique de cette montagne qui s’en cesse fut entretenue et abandonnée. 

🤓 Effectivement, situé dans le parc national de Preah Monivong, Bokor est une destination touristique datant de l’époque du protectorat français. En 1917 les français décident d’en faire une station d’altitude de détente pour les colons. Mais pendant la guerre d’Indochine la station est abandonnée, les bâtiments et les villas résidentiels incendiés ou entièrement détruits. Puis en 1979 jusqu’à la fin de la guerre, Bokor sert d’emplacement stratégique pour les troupes khmères rouges contre les Vietnamiens. Après, la dernière reconstruction du site ne se fait qu’en 2014.

L’histoire explique sans doute un peu cet atmosphère étrange, où se succèdent des bâtiments neufs, d’autres totalement tagués et abandonnés. Des hôtels, mais aussi une église, qui très franchement n’est pas très rassurante...👻

 Ce qui nous plait le plus c’est la vue. Bokor culmine à plus de 1080 m d’altitude et en atteignant son sommet, nous avons pu admirer une vue panoramique sur le Golfe de Thaïlande, la baie de Kampot et l’île Phu Quoc, où nous étions il n’y a pas si longtemps. 

En redescendant sur kampot nous passons par les salines. Eh oui Kampot fait aussi du sel ! En grosse quantité pourtant la chose est étrange, nous apprenons que les cambodgiens ne le consomment pas mais l’exportent et se font importer un autre sel pour leur consommation... Le site nous plaît beaucoup et on se retrouve sur un chemin de terre rouge au milieu des maisons en bois à l’architecture khmer. 

Kampot était pour nous un endroit agréable pour séjourner et pouvoir partir en expédition. On a découvert des endroits charmants, et la campagne environnante nous a séduit par des paysages superbes pour se balader en scooter à la rencontre de gens accueillants.