Du 11 au 14 septembre 2017

Départ de notre hotel en scooter 🏍 pour  prendre le train 🚂 direction Yogjakarta ! 
Enfin non ce n'est pas si facile, il faut d'abord aller à Sidereja. Donc les scooters, puis un joli bus  🚌 comme on les aime! Bus fumeur évidemment et portes ouvertes. Un conducteur que l'on appellera mister Klaxon ! Un scooter qui le gêne un coup "tut", il va doubler "tut", il double "tut tut", une dame qui marche sur la bas côté "tut", il croise un autre bus "tut", un coq un peu trop près de la route "tut", et ça pendant 1h30 ! En revanche on traverse toujours de magnifiques paysages, rizières, palmiers, cocotiers... à travers les routes sinueuses de la montagne.
En partant de l'hôtel on a nous mainte fois répété de faire attention, que le bus peut mettre 2 ou 3h selon la circulation et les arrêts. Comble, nous arrivons à la gare de Sidereja avec... 2h30 d'avance 😂!! Pas grave, surtout qu'un Maori nous empreinte notre jeu de carte irlandais pour faire quelques tours de magie et amuser la galerie.
Prenons enfin le train pour Yogja, hâte de découvrir cette capitale culturelle, ville d'art et d'esprit. 4h de train tout confort (confort indonésien) pour 422 000 IDR pour 2 soit à peu près 27euros.
Trois jours à Yogjakarta 

> Premier jour : Arrivées à la gare de Tugu, car attention il existe 2 gares a Jogya, une seulement pour les trains économik et Tugu pour les classes business et exécutif. Elles ne sont pas si éloignées et on peut aller de l'une à l'autre en bus. Pour nous, Tugu est vraiment en plein centre ville c'était top👌, on a jamais aussi peu galeré pour aller de la gare à l'hôtel (bon ok on s'est juste trompé pendant 5min de direction ^^ 🙃).
Il est 16h quand on arrive, on trouve un charmant hôtel le Losmen Setia Kawan, situé dans le quartier très animé de Sosrowijayan, pas loin de la rue principale Malioboro. On part donc visiter cette nouvelle ville, on se perd dans les petites ruelles de notre quartier, joliment décorées de street art🎨. Il y a pleins de monde dans les rues, surtout des étudiants, et pas mal de touristes (touristes indonésiens aussi) au milieu des locaux qui tentent de tirer profils du tourisme de la ville. On retrouve les charrettes de rue pour manger, devant un KFC ou un DoMac. L'art du Batik est une tradition et autant que le smartphone ils sont omniprésent. Tout comme les cybercafés et les embouteillages qui regroupent chevaux, becak, scooter et voiture. Yogja c'est un subtile équilibre entre mode de vie ancien, traditionnel et une modernité toujours plus rapide. 1,6 millions d'hab dirigé par son sultan, demeurant au kraton (palais) dans le centre ville. On découvre donc Malioboro, et ses nombreux magasins de souvenirs, de restaurants, de vendeurs ambulants de thé, de brochettes satay, de cigarettes, de lumpias (rouleaux indonésiens frits aux légumes), qui coexistent avec un énorme centre commercial, le plus grand de Java centre! On a rencontré bons nombres de français à Jogja et ça nous a fait bizarre de parler français avec d'autres personnes qu'entre nous !!

Pour le premier soir on décide de goûter l'Ayam Goreng, spécialitée de la ville selon le Lonely, un poulet frit au lait de coco. Le long de Malioboro des restaurants de rue se mettent en place le soir et servent normalement cette spécialitée. On se retrouve assises donc sur une natte posée sur le sol devant une longue table en bois.. on commande.. on découvre donc... une cuisse chacune de poulet frit et riz blanc. Ok c'est meilleur qu'au KFC mais pas de coco.... la déception ! 🤔Alors attention aux indications du Lonely certaine fois... Idem pour les tarifs, les prix ont augmenté et le guide 2016 n'est pas vraiment d'actualité. 🤥
N'étant pas rassasiées avec ce petit bout de poulet frit c'est avec plaisir que l'on retrouve un petit marchant ambulant de Nasi Goreng ! Décidément les restaurants touristiques ce n'est vraiment pas pour nous.

>Deuxième jour : Petit déjeuner royal a l'hôtel avec un excellent pancake banane chocolat et jus de fruit frais maison! On est donc en pleine forme pour aller découvrir le palais dusultan, le Kraton.Situétout en bas de la rue Malioboro, on tombe sur une horloge au milieu d'un marché de souvenirs qui nous indique l'entrée officielle juste à gauche de celle-ci. Hé oui c'estvraiment, vraiment unevillede magouilleurs, une entrée payante donne accès à rien d'intéressant et vous fait déboucher sur l'entrée officielle qu'il faudra alors repayer... Donc renseignez vous bienavant d'y aller, pourlecoup c'est bien décrit dans le lonely ! 😶
Une fois rentrées, on assiste à un spectacle de gamelans, un instrument de percussion traditionnelle. Très bon moment à écouter cette musique traversant les âges. Bon, pas trop longtemps quand même sinon le Cha va s'endormir. 😴
Le palais en lui même est une une cité de 25000 habs, il a son propre marché, ses commerces, ses ateliers de batik et de joaillerie, ses écoles et bien sûr ses mosquées. Le palais est entretenu par un millier de serviteurs en costume traditionnel employés par le sultan. 
Nous n'avons pas pu tout comprendre lors de notre visite, peu d'information affiché, et le peu était en indonésien! Cependant nous retenons la bonne entente du sultan avec le monde extérieur illustrée par de nombreux cadeaux notamment des monarques européens.
Après cette première visite nous voulions voir le marché aux oiseaux des Jogja. Les oiseaux sont carrément un art de vivre pour les javanais, pour eux c'est un animal de compagnie. Cependant lorsque nous arrivons au marché, c'est l'alimentaire qui est exposé! Perdu, il faut venir l'après midi pour les oiseaux. On profite quand même de ses exposant et partons nous perdre dans les ruelles autour du Water Palace. Rencontre avec le peuple, rencontre avec les animaux de la ville. 
Retour au centre ville pour prendre le bus 🚌 et direction Prambanan. Notre premier temple! Direct depuis Malioboro avec le bus public qui nous coûte 50cents pour deux! Ça équilibre le prix du temple. Ferons Borobudur demain, donc demandons une entrée combinée, nous en avons quand même pour 40$ chacune. Pour nous c'est stranger tarif, évidemment. C'est pas grave, le site était tellement beau et il faut bien entretenir ce patrimoine. Mais il faut le savoir, c'est une vraie partie du budget! 
Prambanan ce sont des temples hindoues édifiés entre le 8eme et 9eme siècle lorsque Java était encore gouvernée par des bouddhistes au Sud et des hindous au nord. Les temples sont un mélange, un équilibre des 2. La construction serait une commémoration du retour d'une dynastie hindoue à Java. 
Le site fut laissé à l'abandon 😱 lorsque les rois hindous javanais partent pour Java Est. De plus un tremblement de terre au 16eme siècle endommage le site, puis ce sont les chercheurs d'or et les habitants des alentours qui continuent sa dégradation. Aujourd'hui le site est classé au patrimoine mondial de l'humanité, donc protégé et en reconstruction. Vous pourrez voir sur pas mal de photos des blocs de pierre fissurés, cassés, résultant d'un autre tremblement de terre de 2006.. on commence à bien comprendre que l'archipel de l'Indonésie sont bien des îles au niveau d'une fracture d'une plaque tectonique indo-australienne... 🤓
Donc Prambanan c'était une visite énorme, le site comprends 244 temples. Dont 8 temples mineurs et 8 temples majeures dans la partie centrale restaurée.
Le plus grand et le plus central des temples est dédié à Shiva. Un temple, en indonésien c'est "candi". Le Candi Shiva Mahadeva, s'élève à 47m, il y a beaucoup d'ornements dont notamment des lions 🦁 dans des petites niches. C'était le plus impressionnant. Nous avons pu admirer le coucher de soleil sur Prambanan, un instant magique, on se sentait calme et sereine.
On a continué la balade dans le parc où nous avons pu voir d'autres temples plus petit. Dont un qui nous a vraiment émerveillé et qui en plus était à l'abri des touristes, nous l'avions pour nous seules, c'est le candi Sewuh
Après cette journée remplie de plénitude et d'émerveillement nous retournons à Jogja pour y dénicher un Nasi Goreng dans une petite charrette, retour aux bonnes vieilles habitudes. 

>Troisième jour : Direction le temple de Borobudur, nous y allons en début d'après midi pensant qu'il y aurait moins de touristes, car beaucoup y vont pour le Sunrise (avec des tours opérateurs). Il est plus excentré que le premier, nous prenons le bus pendant environ 1h30. Au fait on a pas dit un mot sur les transports de bus à Yogja ! Franchement top, prix fixé à l'entrée du bus donc pas de magouille, ils mettent juste là clim trop forte... Chou c'est enrhumée !!! 🤧 Avec 30 degrés dehors le comble 😂!! 
Arrivées à la station de bus de Borobudur, une dizaine de minute de marche 🚶 pour rejoindre le temple. Une fois arrivé le petit Cha doit mettre un sarong sur son short qui était sûrement trop court.
  Énorme parc, un petit train permet de faire la visite du site, nous comme d'habitude on préfère marcher. Ou plutôt monter des marches, et monter des marches, et encore monter des marches!! Avec plein de touristes ! 
C'est un site majeur d'Asie du Sud-Est classé depuis 1991 au patrimoine mondial de l'humanité. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de touristes, et de classe d'écoliers qui viennent le visiter. Nous avons pris un vrai bain de touristes, et avons posé pour une quantité astronomique de photos.

Un peu de culture🤓, Borobudur c'est 60 000m3 de pierres sculptées. Le nom de Borobudur viendrait du sanskrit Vihara Buddha Uhr, littéralement monastère bouddhique sur la colline. La encore il fut abandonné lorsque les bouddhistes partent de la région, et des tremblements de terre ainsi que les cendres du volcan Merapi le recouvrent et le dégradent. 

Bon, heureusement depuis il a été complètement restauré. Vu du ciel ce serait un énorme mandala tantrique, représentant la vision bouddhique du cosmos. En bas le monde terrestre puis on monte jusqu'au nirvana ☺️ le paradis bouddhique. 
Donc voilà on est monté jusqu'au Nirvana, magnifique vue sur les rizières et colline tout autour, c'était vraiment magique. Le site est énorme, outre le temple nous avons fait la rencontre d'éléphant en train de manger. Comme à Prambanan c'est assez anecdotique car dès qu'on s'éloigne du temple plus aucun touriste. Nous sommes montées sur une colline qui nous permettait d'avoir une vue une somptueuse sur Borobudur. Et nous étions seul, seul avec la nature et la beauté de l'instant.😌