Plongez vous dans nos aventures en Thaïlande du Nord, 
où nous restons 23 jours avant de nous envoler ailleurs... ⬇️👌🏼👇🏼





Nous voilà maintenant en Thaïlande du Nord. Nous avons fait un descriptif chiffré succinct sur la page de la Thaïlande du Sud. Sur cette page, nous avons plutôt envie de vous parler de nature. 


La Thaïlande forme comme une tête d’éléphant, où la péninsule dessine la trompe de l’animal. L’éléphant est un animal important pour les Thaïs et nombreux souvenirs à ramener en sont l’illustration. 


Ce pays est frontalier avec plusieurs. Le Mékong forme la frontière naturelle avec le 🇱🇦 Laos, la chaîne montagneuse du Nord Ouest forme la frontière avec la Birmanie 🇲🇲 et celle du Cambodge 🇰🇭 se forme dans la montagne de Dongrak. C’est donc un pays très central de l’Asie du Sud Est, et c’est la seule route terrestre entre la Malaisie 🇲🇾 et Singapour 🇸🇬. Son développement économique résulte sous doute aussi de sa position centrale. 


La Thaïlande subit un climat tropical 🌴 divisé en 3 saisons. La mousson de mai à septembre, puis la saison fraîche de novembre à février et enfin la saison chaude en mars et avril. Il est donc conseillé de voyager plutôt entre janvier et mars. Nous étions dans le sud du pays au mois de décembre et avons eu un nombre assez important de jour de pluie vers la fin du mois. Faites attention aux saisons pour prévoir vos vacances, en raison du climat chaud et humide il peut y avoir souvent de la pluie, autant en limiter les jours. 


La Thaïlande est un pays qui nous a séduit par sa nature et nous voulons vous en parler un peu. 


Le centre du pays est surnommé le « Bol de riz de l’Asie du Sud Est ». Effectivement le fleuve de la Chao Phraya irrigue de grandes rizières avant de se jeter dans le golfe de Thaïlande. 


Le sud du pays cultive plutôt l’hévéa qui permet d’extraire le caoutchouc. 


Le Nord Est est constitué du plateau de Khorat où des éléphants sauvages y vivent encore... Ces longues plaines permettent la culture de tapioca, du coton et des mûriers ... Aliment essentiel des vers à soie, souvenez vous, nous en avons parlé lors de notre boucle dans le plateau des Boloven.


Au nord, la montagne recouverte de jungle regroupe un nombre énorme d’espèce ornithologique. Le Mékong et la rivière Ping forment d’innombrable cascade qui irriguent une bonne partie du pays. 


Cependant ces forêts du nord sont peu à peu détruites et la culture du teck se perd. La surpopulation de Bangkok, et la pollution qui en découle sont nocives pour les nappes phréatiques, qui elles mêmes sont trop frénétiquement pompées. Au Sud, afin de pouvoir construire les multiples complexes hôteliers, les forêts de palmiers sont rasés et les cours d’eau sont de plus en plus pollués par les va et vient incessant des bateaux... 


Ce si beau pays connaît une modernisation importante qui nous conduit à nous questionner sur les conséquences écologiques...